Billet d’humeur - Philippe Sterckx 

L'aménagement de notre territoire conditionne notre qualité de vie ...

J'aime rappeler cette phrase à qui veut bien l'entendre car elle sous-entend une rigueur certaine et un avertissement : quel territoire laisserons-nous à nos enfants et petits-enfants ?

La Région Wallonne donne comme consigne de densifier les centres, ... pourquoi ?

En dehors des problèmes majeurs que sont le climat et nos déchets, les deux problèmes cruciaux que nos héritiers rencontreront sont, à mon sens, l'eau et le logement. Le logement sera problématique car il coûtera de plus en plus cher (en moyenne une évolution de 10 % par an), il faudra en tenir compte dans les budgets des ménages où ils prendront une part de plus en plus importante.

On en arrive déjà à des colocations et des habitats groupés afin de diminuer les coûts de production et de rentabiliser au maximum les m² mis à disposition.

Là où j'invite à faire attention, c'est la qualité de ces logements et la dimension de ces espaces privés. Nous ne devons pas en arriver comme dans certaines villes asiatiques à de petit clapier individuel.

Que constate-t-on ? Personnellement je sillonne pas mal la Wallonie et régulièrement, petit à petit, entre les villages, le long des voies de liaisons, des villas quatre façades continuent à s'ériger, quand ce n'est pas des lotissements, souvent conçus sans âmes, ... Je ne suis absolument pas opposé à la propriété. Je veux juste indiquer qu'au train où c'est parti, dans un siècle la Wallonie sera bien couverte.

201812-31

 

L’implantation en ruban le long des voiries de ce type est l’une des formes les plus

dommageables de l’urbanisation discontinue.

Je pense qu'il faut bien définir les zones de terrain à construire et surtout valoriser les centres de nos villages sans oublier les plus démunis d'entre nous. Ces centres devraient être prioritaires pour personnes à revenus modiques et les promoteurs devraient être astreints à réserver 10% minimum des parcs présents ou futurs, aux logements 'sociaux'.

 

En parlant de densification, il est évident qu'elle doit s'appliquer avec beaucoup de précaution. En effet une forte densification dans les centres de nos communes ne doit pas mettre en péril le patrimoine de celles-ci. Nous devons être vigilants face à la démesure de certains promoteurs qui profiteraient de la consigne de 'densifier les centres' pour réaliser avant tout une aubaine financière. Regardons notre belle province et constatons que souvent les centres sont de plus en plus constitués de bâtiments surexploités.

A Rixensart, la commune a constitué un groupe de travail afin d'éviter une sur-densification des treize hectares du quartier 'Poirier Dieu'. Leur avis servira de base au futur PCA.

La raison et le raisonnable doivent l'emporter sur l'opportunisme financier à tout va.

'Hommes et Patrimoine' continuera à veiller, interroger, diffuser la bonne information dans le souci d'un meilleur vivre ensemble.

 

 


LE MOULIN À EAU DE LIMAL

Nous avons été contactés par une association de Limal.

En effet la Compagnie des Alpes, propriétaire de Walibi, veut agrandir son parc d'attractions, ce qui selon elle nécessite la démolition du moulin à eau de Limal.

Certes le bâtiment n'est plus en très bon état, mais la roue à aube est toujours là. Nous avons donc écrit tant à la ville de Wavre qu'au représentant du promoteur, que détruire un ancien moulin à eau n'est pas une solution. Qu'au contraire il peut présenter un endroit attractif de repos et/ou de restauration pour les visiteurs.

Sa remise en état ainsi que celle du bief ne représente pas une dépense pharamineuse.

On pourrait même envisager de le refaire fonctionner, attraction supplémentaire, mais plus coûteuse.

mounil2017

Les cinq cimetières de Rixensart sont riches d’un « petit patrimoine » qui raconte la grande Histoire ou des pratiques sociales, parle architecture ou témoigne reconnaissance ou affection pour des personnes illustres ou quasiment oubliées.

Hommes et Patrimoine s’interroge actuellement sur les limites d’une éventuelle action à l’instar de ce qui a été précédemment entrepris pour les « potales ».

Se limiter à un inventaire de monuments funéraires est probablement réducteur. Mais identifier tout ce pourrait-on expliquer l’histoire communale déborde du champ d’action de notre association.

La réflexion est en cours en collaboration avec l'administration communale de Rixensart et la Wallonie (DGO4 - pour le cadre légal et scientifique).

hp9

 

Le Bourgeois : monument aux victimes de la guerre 40-45

 

Comme nous l’écrivions, la première demande préalable au permis d’urbanisme avait été refusée. Un second projet avait été introduit, mais reste sans réponse jusqu’à présent.

Actuellement le bâtiment est loué aux équipes de construction du RER, qui comme chacun le sait, semble être reporté sine die.

Nous suivons ce dossier depuis des années. Il est en passe d'abou-tir.

Nous y avons apporté deux changements majeurs :

  • L'abandon de la transformation du sentier de la Procession (entre la rue des Ecoles et la rue aviateur Huens) en une rue de 15 maisons et 10 duplex logements qui mettaient à mal ce grand îlot champêtre ;
  • L'abandon des trois petites rues (15 maisons et 8 duplex) qui complétaient les logements des trois immeubles entre le chemin de fer et l'avenue des Sorbiers.

L’idée finale étant de réaliser :

  • Côté Ecoles- Huens, un clos à hauteur de la rue Huens ;
  • Côté Sorbier/Chemin de fer, uniquement les trois immeubles dans le prolongement de celui du fond de la parcelle

A l'instar de l'hôtel Normandie, un  dossier de CU2 (Certificat d'Urbanisme n°2 - demande d'avis qui précède une demande de permis d'urbanisme-ndlr), avait été introduit par un promoteur en avril 2015. Devant ce projet démesuré en zone Natura 2000 (et la densité était quatre fois plus importante qu'autorisée), nous avons réagi, nous aussi, aidé en cela par la Commune qui, cette fois, était bien du même avis.

Le périmètre est délimité par la rue de La Bruyère, la rue Mascau,  la rue des Volontaires, la rue du Tilleul et le Vieux chemin de l'Helpe.

Plus de 13 hectares, 3 zones: celle de la nouvelle école, celle de l'ancien GSK et celle du Plan Communal d'aménagement dit du Poirier-Dieu.

La très probable installation de la Maison communale dans le bâtiment à front de la rue des Volontaires. Les autres bâtiments de GSK seront rasés. Une maison de repos et de soins sera érigée et enfin un éco-quartier sera destiné au logement. Là-aussi nous suivons ce dossier.

La Fermette rue Lambermont à Bourgeois

C’était la plus ancienne construction de Bourgeois. Elle datait de la fin du XVIIIe. Elle aurait été la maison du garde de la forêt de Soignes, lorsque celle-ci occupait encore une partie de Genval. Nous avons été au courant de ce dossier trop tard, les jeux étaient quasi faits. La Commune avait refusé à trois reprises le projet. Le promoteur avait déposé un recours auprès de la Commission de recours de la Région wallonne et comme la dérogation invoquée par la Commune était de peu d’importance, le promoteur a eu le permis. Nous avons organisé la défense avec le Comité des habitants, nous sommes allés voir le promoteur, nous avons vu la Commune. Nous pensions que l’idéal était le rachat du bien par celle-ci et de l’incorporer au parc de « Leur Abri » et à ses activités. Cela n’a pas réussi. Nous avons obtenu quelques changements de détails.

f2013

TILT

 

Comme nous l’avions annoncé l’année passée, le musée a bien ouvert ses portes en octobre au lieu de juin, mais ce fut sans importance; il est bien là.

Menace sur nos communes

Il arrive fréquemment que le changement du cours des choses ne soit pas le fait de grands bouleversements, mais survient à la suite de la mise en place de normes qui passent inaperçues du grand-public.

Dans les communes décentralisées, comme Rixensart, La Hulpe… , il y a un important document, appelé le Schéma de Structure, qui oriente la politique de l'aménagement du territoire communal. Parmi ces orientations, deux points sont vitaux: la densité et la densification.

Lire la suite : Novembre 2009

Billet d’humeur Philippe Sterckx

Crise et Aménagement du territoire.

Parlons en de la crise : sur base de jeux financiers, qui s’apparentent à des malversations, un petit groupe de spéculateurs, qui n’ont cure des implications de leurs manipulations, ont mis le monde à mal (comme si en temps normal, il n’allait déjà pas assez mal), et ce encore pour longtemps, n’en déplaise aux quelques euphoriques en mal d’ego.

Mais n’allez pas chercher les responsables ni les responsabilités. Ce serait une gageure de croire qu’un jour, tout ce petit monde devra rendre compte de ses actes.

Les retombées seront en tout cas très contraignantes pour nous et notre environnement, au sens large du terme.

Où, va-t-on grappiller pour économiser et/ou renflouer les caisses déjà vides ?

Lire la suite : Novembre 2009

A Voir

Il y a encore quelques années la ville de Mons cachait ses richesses architectura

les sous des tas d’oripeaux : panneaux publicitaires, enseignes, rez-commerciaux transformés, peintures écaillées, trafic congestionné et malodorant. Ce temps-là est révolu, panneaux évacués, enseignes discrètes et intégrées, rez-de-chaussée retrouvant leurs ouvertures d’origine, peinture rénovée et gran

ds piétonniers forment un ensemble agréable à regarder et à vivre.

1998 – 2008 Dix années d’activité

Le mot du Président :

Plutôt que de me lancer dans une relation, forcément fastidieuse, des dossiers dont la nomenclature est reprise ci-dessous, je voudrais, à la fois, dire mon amitié et remercier tous ceux qui, depuis ce mois de janvier 1998, ont mis sur pied notre association, tous ceux qui se sont joints à nous et qui, dix ans plus tard, sont toujours là, tous ceux qui continuent à nous soutenir. Nous avons connu des échecs et nous en connaîtrons encore, mais nous avons aussi remporté des succès et souvent dans des dossiers importants. Mais rien n’est jamais définitivement acquis…

Brève revue des dossiers principaux

Lire la suite : Mars 2009

Droit de réponse

A propos de l’article de Philippe Sterckx sur les homes pour personnes âgées, paru dans notre dernier numéro.

Nous avions en toute candeur illustré l’article d’une coupe en plan d’une maison de repos. Nous voulions montrer le caractère répétitif et monotone de ces constructions, qui se ressemblent tant au nord qu’au sud du pays. Par hasard notre Note se retrouva dans la famille d’un des deux architectes, auteurs du plan. Nous n’avions pas remarqué sur le plan en réduction, une ligne mentionnant le nom des architectes

Nous aurions effectivement dû demander au bureau Eon, si nous pouvions utiliser ce plan.

Photo IPNS

Lire la suite : Juin 2007 Droit de réponse

A lire

Une étonnante descente dans l’âme humaine et de ses paradoxes. De la sauvagerie physique à la sauvagerie intellectuelle et fonctionnarisée. A relire : de Virgil Gheorghiu –Les immortels d’Agapia et la Vingt cinquième heure- d’Alexandre Soljénitsine- L’Archipel du Goulag- et à lire de Jonathan Littell- Les bienveillantes.

Un sujet de lecture qui devrait être mis au programme des dernières années de secondaire.

De quelques brèves citations

Il y a un art de dire ou d’écrire qui vous réconforte des tracas de la journée.

« Sur vingt personnes qui parlent de nous, 19 en disent du mal et la vingtième, qui en dit du bien, le dit mal.» Rivarol 1753 - 1801

« Et si le bien qu’on dit des disparus s’expliquait par la certitude qu’ils ne feront plus aucun mal.» Inconnu

« Si les forces te manquent, ton courage du moins fera ta gloire : dans ce qui est grand, avoir voulu suffit. » Properce 52 – 15 av .J.C.

Le message à nos membres

Si nous obtenons des résultats, c’est aussi parce que vous êtes là, que vous nous soutenez. Depuis notre création en 1998 vous avez toujours été présents. Quelques uns nous ont quittés, c’est normal. Mais votre nombre n’a cessé d’augmenter. Nous voudrions remercier les anciens de cet appui durant toutes ces années. Nous voudrions encore souhaiter la bienvenue à tous les nouveaux de 2007.

Francorchamps ou l’amnésie collective

Nous publions cet article, car il nous a semblé bien refléter le fossé, que des associations doivent combler pour pouvoir convaincre les politiques et parfois aussi les médias, des problèmes de mise en valeur du patrimoine. En d’autres termes comment remplacer le « Panem et circences » par l’intelligence et l’émotion. Francorchamps est un bon exemple d’une promesse rapidement oubliée « le citoyen ne paiera pas un sou pour le circuit » et de la versatilité des partis, qui, après s’être déchirés mutuellement sur ce dossier en 2005, se congratulent en 2007.

Le 9 mai 2007, Le Soir publiait un article sur Francorchamps, intitulé « Une vitrine prête à briller. » Il était quelque peu étonnant de constater que le ton de l’article était aussi rayonnant qu’un soleil d’été : « Le chantier pharaonique touche à sa fin. Le résultat est à la hauteur de son budget de 25 millions… » ( au départ on prévoyait un bon 17 millions)

Lire la suite : Juin 2007 Francorchamps ou l’amnésie collective

Les Journées du Patrimoine – Bourgeois-Genval

Les 9 et 10 septembre nous avons organisé un circuit reprenant le thème de l’année

« patrimoine et citoyenneté ». Un parcours pédestre de trois heures. Nous avions prévu un parcours motorisé en cas de pluie. Mais le temps fut radieux. Nous avons accueilli une trentaine de personnes les deux jours

Lire la suite : Décembre 2006 - Les Journées du Patrimoine

Le site - www.hommes-et-patrimoine.be

Ce n’est pas un effet de mode mais par nécessité que nous nous sommes connectés à Internet. Ce qui a permis de développer un site, grâce à la collaboration bénévole de Stéphane Batslé. Comme on peut le constater ce site est divers et convivial.

Lettre aux partis

Nous avons profité des élections pour poser une série de questions aux différents partis de la commune de Rixensart. Elles concernaient nos projets de sauvegarde (Cure- Beau-Site – Grande Bruyère – Places de Bourgeois et Genval…) ainsi que notre projet de développement des Papeteries. Trois d’ entre eux nous ont répondu, Ecolo, Proximité et P.s.

Comme Ecolo et P.s. font partie de la nouvelle majorité, nous verrons si leurs réponses, qui soutenaient nos projets, se mueront en actes.