Ancienne Ecole-Maison communale de Genval

En 2008, l’annonce de la démolition de l’ancienne école avait consterné nombre de Genvalois. Nous avions mené campagne et, aidé par le Comité de l’Avenue des Combattants, distribué près de quinze cent lettres dans le Vieux Genval. Elles proposaient 3 réponses : Conserver le bâtiment, conserver la façade, détruire le bâtiment.

Nous reçûmes quelques 648 réponses ! Toutes demandaient d’au moins sauver la façade. Une réunion décisive eut lieu chez l’architecte, étaient présents, outre l’architecte, l’échevine, les représentant des groupes politiques et nous. Notre plaidoyer emporta l’adhésion.

hp4 

2016, le chantier a été mis en route avant les grandes vacances


Ancienne Ecole-Maison communale de Genval

Ce projet lui aussi a connu des vicissitudes. Notre sauvetage de la façade  date de …2008.

Cette fois, tout semble bien reparti.

L’année 2016 semblerait une bonne année pendant laquelle nous pourrons ranger avec la mention « fin » plusieurs de nos dossiers.

Pour les anciens mais aussi les nouveaux habitants ce sera  une belle et joyeuse surprise.

18 

 

 


Ancienne Ecole-Maison communale de Genval

Vous vous rappelez que notre association avait envoyé une lettre circonstanciée aux habitants du quartier du Vieux Genval, concernant la démolition de l'école. Plus de 600 réponses avaient été reçue demandant de garder la mémoire de ce bâtiment. En 2008, nous avions obtenu une réplique de l'ancienne façade (utilisation de tous les encadrements en pierre bleue dans le nouveau bâtiment). Ici aussi les retards, pour cause judiciaire, nous ont amené en 2015 sans avancée du projet depuis la démoli-tion. Contacté récemment, l'architecte confirmait que le dossier redémarrerait bientôt.

 

18 

 

17


Ancienne Ecole-Maison communale de Genval

Le bâtiment avant démolition

18 

 

Notre association avait réussi à obtenir en 2008, à la demande de plus de 600 lettres d’habitants, une réplique de l’ancienne façade (utilisation de tous les encadrements en pierre bleue) pour un des deux nouveaux bâtiments de logement.

Le premier projet* (voir ci-dessus dessins transmis à l’époque par l’architecte) avait été refusé par le Conseil d’Etat. En effet, ce projet mené par la société de logements Notre Maison était trop ambitieux (deux bâtiments et une crèche), principalement au niveau du nombre de logements. L’Atelier d’Architecture Jean Bodart finalise, actuellement, la seconde mouture. Notre crainte était de voir abandonner, dans le nouveau projet qui ne comprenait plus qu’un bâtiment et la crèche, le dessin de l’ancienne façade. Celle-ci ayant dû, à l’époque déjà, faire face à l’hostilité de certains. Renseignements pris, le bâtiment conserve bien le dessin ancien et son gabarit est même plus proche de celui de la façade initiale. La Commune, elle, est décidée à maintenir sa délibération du 16 décembre 2012 :

« Article 1: d’approuver, dans le cadre du projet de réaménagement du site SAR/WJP 70 dit « Ecole communale des Garçons », la proposition visant la démolition de la façade à rue du volume principal et la reconstruction d’une élévation dont la composition et les éléments architecturaux utilisés, notamment les éléments en pierre bleue servant d’encadrement aux ouvertures (portes et châssis), et qui, sans être une reconstruction à l’identique, feront référence à la façade initiale et ce, de manière à ce que la vision de ladite nouvelle élévation évoque dans l’esprit des personnes qui la percevront, la façade actuellement existante. »

Nous ne pouvons que nous en réjouir, mais prudemment, tous n’ont peut-être pas désarmé.

 

Le premier projet*

17


Ancienne Ecole-Maison communale de Genvalegg1

Le dossier a finalement abouti. Tous les accords ont été obtenus. Comme convenu tous les matériaux en pierre bleue de l’ancienne façade seront démontés, stockés, protégés et replacés dans la nouvelle façade. Le cahier des charges est très précis à ce sujet.

L’idéal aurait été de conserver l’ensemble du bâtiment avant, mais la négligence prolongée de son entretien a aggravé les choses. De toute façon, la juxtaposition avec des bâtiments contemporains était inévitable.

Les premiers coups de pioche auraient déjà dû avoir lieu, mais, selon nos informations, un voisin a déposé un recours. Celui-ci ne concerne pas directement le nouveau projet mais il le retarde

Avec l’accord du bureau d’architecture J.Bodart, nous publions le dessin du futur bâtiment.

Lire la suite : Juin 2011

L’Ancienne Ecole - Maison Communale de Genval

Tout projet qui dépend de plusieurs intervenants est rarement traité avec la sérénité voulue. Dans ce cas-ci, le terrain est communal, le promoteur est la société wallonne de logements Notre Maison, le bailleur de fonds la Région wallonne. En temps ordinaire, ce n’est déjà pas une sinécure pour le bureau d’architecture désigné, en temps de crise financière tout se complique encore.

Pour rappel. Sans l’intervention d’Hommes et Patrimoine, avec la collaboration du Cercle d’Histoire de Rixensart, le Comité de l’Avenue des Combattants et l’association des commerçants du haut Genval, ce bâtiment aux lignes caractéristiques aurait été démoli. Le Collège a décidé de revoir sa position et l’architecte a présenté un plan où la façade de l’ancien bâtiment était reprise.

L’échevine, Madame Lebon, nous promet des nouvelles depuis octobre. Nous apprenons ce jour, qu’il y aura une réunion avec l’architecte et les associations qui nous ont soutenus, dans le courant de décembre.

Nous tenons à souligner que tant pour l’école de Hamme-Mille, que pour « La Tannerie » de La Hulpe, la société Notre Maison a conservé, en les rénovant, les bâtiments existants. A La Hulpe tout a été démoli, à l’exception des quatre murs extérieurs. Malgré ces travaux délicats, le coût total a été quasi similaire à celui prévu en cas de démolition complète et de reconstruction.

L’Ancienne Ecole - Maison Communale de Genval

Tout va être rasé et remplacé par des logements sociaux et moyens. Une nouvelle crèche remplacera l’existante. Les responsables communaux sont tombés des nues lorsque nous leur avons fait remarquer que ce bâtiment n’était pas inintéressant tant par le style de tendance art-nouveau que par son caractère de bâtiment repère de la place communale et par une identification réciproque entre ce lieu et les habitants. Le Bourgmestre nous fit comprendre que nous n’étions que des farfelus. Avec une belle unanimité le Collège agita le spectre du déficit communal si l’on devait restaurer. Faisions-nous fausse route ?

Lire la suite : Mars 2009