L'ancien Hôtel Normandie de Genval-les-Eaux

Le projet est suspendu à la suite de l’arrêt du Conseil d’Etat.

La lecture de cet avis révèle clairement que l’argument majeur du dossier, celui qui a entraîné la suspension des travaux, est une densité jugée trop élevée.

Indépendamment de toute autre considération le bâtiment continue à se dégrader. Un nouvel audit le confirme. Notre position sur le fond du débat reste inchangée. 

 hp8

Le projet suspendu par le Conseil d’Etat


 

Nous croyons sensé de dire que personne ne voudra restaurer le vieil hôtel Normandie. Sauf si d’importantes contreparties sont offertes et encore.

Par contre, nous risquons à court terme de nous retrouver avec un chancre qui, à un moment donné devra faire l’objet d’une démolition pour cause de salubrité publique, et nul ne sait ce qui le remplacera.

Cela pourrait bien être un complexe à l’architecture très contemporaine (nous n’avons aucun préjugé contre ce type d’architecture). Mais renforcerait le caractère contemporain du quartier, déjà présent avec notamment les quatre immeubles des Hauts-du-Lac, soit 24 appartements sur la parcelle, de la Villa Becquevort, fort semblable à celle du Normandie.

 

Nous ne savons pas si les opposants, au projet actuel, y trouveraient leur compte dans leur souhait de garder au quartier du Lac le style anglo-normand.

Il faut éviter de se lancer dans des discours enflammés ou camper sur des positions définitives. Si la meilleure des choses était bien la restauration de ce bâtiment à l’abandon, encore faudrait-il trouver un mécène. Depuis dix ans ce n’est pas le cas.

Nous pensons, aussi, qu’à tout problème il y a une solution.

L'ancien Hôtel Normandie de Genval-les-Eaux

 

 

Le parcours des dossiers d’urbanisme, quand ils sortent de l’ordinaire, sont souvent pleins d’aléas. Celui-ci n’a pas échappé à la règle. Nous n’avions pas non plus échappé aux critiques des partisans d’une idée radicale : conserver et restaurer l’ancien bâtiment. Ce qui avait été aussi notre première perception, et suscité notre opposition au projet. Mais c’était avant de prendre connaissance de l’état général du Normandie.

 

Puis, au fait de la situation, nous avions proposé l’alternative d’une construction nouvelle mais respectant le style anglo-normand. Maître de l’ouvrage, architectes et Commune nous avaient suivis. Tout semblait en ordre quand survinrent des complications du genre procédure mal engagée, mauvaise compréhension de la situation…

 

Finalement, tout semble remis sur les rails. Notre grande crainte, basée sur notre expérience, était que rien ne se fasse et que l’actuel Normandie ne devienne un chancre dans le quartier du Lac. 

 

 

 norm